RSS

Archives de Catégorie: Histoire

Les Rêveurs lunaires, de Cédric VILLANI & Edmond BAUDOIN

Les rêveurs lunaires

 

« Croyants ou non croyants, courageux ou lâches, chanceux ou malchanceux, vainqueurs ou perdants, tous sont maintenant retournés à la poussière »

Quatre génies. Trois scientifiques, un militaire.

Un contexte : la seconde Guerre mondiale.

Un point commun : des acteurs autant cruciaux que discrets, prenant part à une aventure qui, bien malgré eux, les dépassait.

Werner Heisenberg, Alan Turing, Léo Szilard & Sir Hugh Dowding.

Le 1er et le troisième sont étroitement liés à la bombe atomique, d’un côté belligérant et de l’autre. Le second est de plus en plus connu pour son rôle clé joué dans le cryptage des informations et surtout pour le décryptage, savamment maintenu secret, de la fameuse Enigma. Le dernier, le militaire anglais, est celui qui, coûte que coûte, contre vents et marées, aura tenu bon lors de la fameuse Bataille d’Angleterre.

La très grande force de ce livre est qu’on l’avale d’une traite et que l’on ressort de cette lecture avec l’impression d’être un savant inouï. On fait immédiatement confiance à la précision et rigueur de Cédric Villani et l’on sait très bien que tous les faits qu’il relate dans cette œuvre ont été soigneusement vérifiés, contre vérifiés et doublement inspectés. On se plonge également immédiatement dans les formidables dessins de Baudoin, sombres mais enivrants, flous mais d’une justesse folle.

Apprendre & découvrir par le biais d’un génie scientifique lui-même et d’un dessinateur français hors pair confère une note toute particulière à cette BD-récit.

Lorsque l’on repose le livre. On n’a qu’une hâte, aller se coucher et rêver être à la place de ces 4 génies et d’imaginer, en toute humilité, quelles auraient été les décisions que l’on aurait prises à leur place.

En somme, un regard nouveau et didactique sur l’Histoire et une véritable leçon d’humilité.

Merci messieurs.

Finem Spicere

Monsieur Touki

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Si c’est un homme, de Primo LEVI

Certes, Ce livre est hyper connu, hyper lu et même hypermarché euh non, a hypermarché…. euh non, toujours pas, ‘fin bref, vous avez compris.

Certes, ce livre vous a bouleversé.

Certes, ce livre ou plutôt, son auteur, a une histoire et un destin tragique.

Certes, il est fortement conseillé d’avoir un poil de moral pour le lire.

MAIS QUE CE LIVRE EST EXCELLENT !!

Je n’ai pas besoin me semble-t-il de chercher de passages, de citations : tout peut être pris comme tel, dans son ensemble.

L’émotion est grande, mélange de curiosité et d’incrédulité. Les mots sont inutiles… la critique également.

Finem Spicere,

Monsieur Touki.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

La Vague, de Todd STRASSER

« J’étais là quand tout a commencé. L’idée, c’était de nous montrer comment l’Allemagne nazie avait pu voir le jour. Le but, ce n’était évidemment pas de faire de nous des petits nazis. Mais de… de… »

Transformer une salle de classe en une bande de petits nazis… c’est fastoche !! Suffit d’avoir une règle en bois qui claque bien sur le bureau, une voix grave, une cravate pour faire sévère ou sérieux et un tout petit grain de folie. Ben Ross, le prof d’histoire a un peu de tout ça et ce qu’il se passe dans sa classe devient vite proprement incroyable. Y croire serait difficile si cela n’était pas le récit romancé d’une histoire vraie…

Que ressentir en lisant ce livre? Ma foi, pas grand chose, sinon une très grande facilité de lecture, presque un sentiment d’avoir affaire à un livre très moyen. Peu de puissance dans les mots mais une réelle force dans le scénario… dommage, j’aurais bien aimé un grand écrivain pour conter cette histoire…

A lire donc, vite, mais à lire.

A votre ressenti !!!

Finem Spicere,

Monsieur Touki.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Notre-Dame de Paris, de Victor HUGO

Ah la jolie Esmeralda, elle me remue les…. méninges du souvenir !

Je me souviens avoir fait la cour à une femelle en citant différents passages de ce livre…. cela dut être suffisamment touchant puisque je reçus en échange un verre de Coca-Cola et 4 ans d’une relation somme toute amoureuse. 😀

Rappeler l’histoire du Bossu de Notre-Dame n’est pas d’un intérêt primordial mais il convient de segmenter ce pavé de 750 pages:

  • 50 pages pompeuses et inutiles au moment de la description architecturale et historique de toutes les rues de Paris! J’exagère à peine… 😉
  • 450 pages agréables, vivantes ie rythmées
  • 250 pages, les dernières, qui font probablement partie des plus beaux passages romanesques jamais écrits.

Deux ressentis principaux:

  • pendant la lecture : cette impression irréelle d’être « hors du temps », cette envie inexorable et inconsciente d’avaler les pages, d’avancer, de lire toujours plus vite, encore plus vite, cette impression du « jamais assez vite ».
  • après la lecture : un bourdonnement spirituel assourdissant. Je me souviens parfaitement du moment où j’ai posé ce livre et des instants qui ont suivi. J’étais sur ma chaise, en balancier précaire, les jambes sur mon bureau, le cou à 90°. J’ai posé le livre, sur mon buste, puis sur mes jambes… il est tombé au sol… Je me suis levé instantanément, brusquement, le ramassant, l’inspectant, le fixant, incrédule. Puis le vide, un vide bruyant…. En réalité, peu aidé par une bouche pâteuse synonyme de déshydratation, j’avais un SACRE MAL DE CRÂNE. Vous comprenez mieux le fameux bourdonnement spirituel machin truc. 😉 Toujours est-il qu’il était présent!

Je ne saurais faire autre chose que recommander ce délice de roman romantique.

A vous de raconter votre expérience et ressenti de lecture 🙂

Finem Spicere,

Monsieur Touki.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :